Incroyable tempête de verglas en Slovénie !

Il n’a pas que les cyclones comme phénomènes météorologiques extrêmes bien sûr il y aussi les tornades, les blizzards, mais les tempêtes de verglas lorsque les conditions sont favorables peuvent être aussi dévastatrices comme sur ces images venant de Slovénie. C’est en effet une véritable catastrophe qui s’st abattu sur ce petit pays d’Europe central où l’état de catastrophe naturelle a été déclaré.

Il faut d’abord que vous sachiez ce qu’est le verglas et les mécanismes qui le génèrent?

Le verglas est un dépôt de glace compacte et lisse, généralement transparent, provenant d’une pluie ou d’une bruine d’eau en état de surfusion, qui se congèle en entrant en contact avec une surface solide dont la température est inférieure à 0 °C. Les gouttelettes peuvent en effet se présenter sous forme surfondue dans un intervalle de température allant de 0 °C à -39 °C si elle ne rencontre pas de noyaux de congélation.

Le verglas provient de pluie verglaçante. Les précipitations se forment en altitude. Aux latitudes tempérées en période froide, cela est généralement sous forme de neige. Lorsque les flocons rencontrent une couche d’air chaud au-dessus du point de congélation en chutant des nuages, ils fondent et deviennent des gouttes de pluie. Si la température près du sol est sous 0 °C, les gouttelettes deviennent en état instable de surfusion (encore sous forme liquide même si leur température est sous le point de congélation) et vont geler sur tout objet pour y former une couche de glace.

La bruine peut également former du verglas. Ces gouttelettes se forment dans des nuages bas et à des températures qui peuvent être sous 0 °C, mais qui ne permettent pas de les transformer en flocons. La bruine va donc geler au contact d’objets sous le point de congélation en tombant. Et les conditions étaient particulièrement favorables avec un creux en altitude et un front chaud remontant vers le nord causant de pluies intermittentes sur un sol gelé. Le résultat vous l’avez sous les yeux.

sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

RTX187YMCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

RTX187YCCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

ice snowCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

RTX186N3Courtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

frozen ice car sloveniaCourtoisie REUTERS/Srdjan Zivulovic

___________________________________________________________________________________________

Rudolph Homère Victor

Météorologiste

AMS

Mr météo.info touts droits réservés Février 2014

TROIS SOLEILS DANS LE CIEL DE MOSCOU

Un étonnant soleil double observé dans le ciel de Moscou

Quoi de plus beau que de se lever le matin et d’observer le soleil monter dans le ciel ? Progressivement, la lumière fait naitre le jour, chassant les dernières obscurités de la nuit. Une vue qui a de quoi réchauffer le cœur de tous les lève-tôt. Certains sont toutefois plus chanceux que d’autres ! En effet À Moscou en Russie, les habitants n’ont pas vu apparaitre un soleil unique, mais trois d’un coup aligné le 20 janvier écoulés. Plusieurs vidéos ont été postées sur You Tube par des habitants stupéfaits par l’apparition. Plutôt impressionnante à voir, elle est due à un phénomène optique appelé « parhélie » (sun dog  en anglais). Il provoque l’apparition de deux répliques de l’image du soleil, placées horizontalement de chaque côté de celui-ci.

Sur l’image ci-dessous on voit un soleil central le vrai qui apparait plus brillant et circulaire alors que les autres sont plus pâles et comme allongés.

Image courtoisie Huffingtonpost.fr

Des cristaux de glace déviant la lumière

Le parhélie est lié au phénomène du halo solaire et se produit lorsque l’astre est bas sur l’horizon et haute altitude, les cristaux s’orientent parfois dans le même sens, ce qui a pour effet de former une sorte de réseau de prismes. Exposé aux rayons du Soleil, ce réseau dévie la lumière qui le traverse avec un angle minimum de 22°, créant une réplique de l’astre. Plus le Soleil est haut dans le ciel, plus les parhélies sont éloignés du halo central. La lumière de ces derniers peut également être plus ou moins brillante, rendant les répliques plus ou moins visibles.

Un phénomène pas si rare

À Moscou, le Soleil était plutôt bas, les répliques sont donc apparues assez proches, mais l’une était plus visible que l’autre. Sur les images, on peut même bien observer le petit halo autour du Soleil et de ses copies. Le phénomène de parhélie peut être observé n’importe où dans le monde, et durant toutes les saisons. Toutefois, il est plus fréquent dans les régions polaires où les nuages bas sont souvent chargés de particules de glace. Bien connu des scientifiques, le phénomène est observé et décrit depuis l’Antiquité. Néanmoins, il reste très surprenant, en particulier lorsqu’il est aussi visible qu’il l’a été à Moscou. Généralement, il dure de quelques secondes à plusieurs dizaines de minutes.


Source

Gentside découverte