Les cyclones sont-ils de plus en plus intenses sur les Caraïbes?

Ce matin, sur une station de radio de la capitale un représentant d’un pays ami d’Haïti affirmait que la fréquence des cyclones n’augmentait pas sur la Caraïbe, mais leur intensité devenait de plus en plus grande. Cette affirmation est-elle fondée ? Voyons d’abord ce que dit le groupe d’expert sur les changements climatiques (GIECC) mandaté par les Nations unies pour faire la lumière sur la question du rapport entre le climat et l’augmentation du co2 dans l’atmosphère.

Tirer du 5e rapport du GIEC (IPCC)

Global Warming and Hurricanes

Pour le GIEC,  il n’existerait aucune corrélation

 

Les données ne mentent pas, comparez la fréquence des ouragans majeurs (CAT 3+) sur l’atlantique de 1926 a 1969 ou on a observé 64 cyclones majeurs

 

                                                    De 1970 à 2017

                                           66 perturbations  majeurs

Maintenant les ouragans de catégorie 4 et 5 de 1926 à 1969 ( 64 )

 

Puis les Cat  4 et 5 de 70 à 2017 ( 64 cyclones)

 

Observez-vous une augmentation appréciable de l’intensité ou de la fréquence des fortes catégories?

Absolument pas ( 64 sur les deux périodes) d’autant plus qu’avant l’ère des satellites plusieurs cyclones de petites dimensions ou a la durée de vie limitée  ayant évolué sur l’atlantique sont probablement passe inaperçue.

Sur le globe c’est le même constat

http://wx.graphics/tropical/

 

I rest my case !

 

Rudolph Homère Victor

Météorologiste

AMS

Mr Meteo.info tout droit réservés Septembre 2018

Saison cyclonique : Une autre période active se dessine…

Le 26 août, je publiais un post intitulé :

« Saison cyclonique 2018 : une période active se profile à l’horizon sur le bassin Atlantique  »

Après une longue analyse de la situation durant cette période et les différentes solutions proposées par les modèles dont cette fameuse simulation du JMA (22 août) quant aux conditions en altitude (divergence en bleue) très favorables pour les deux premières semaines de septembre (image ci-dessous).

 

Ma conclusion fut la suivante:

«Il n’est donc pas impossible d’assister à une active période à partir de la 2e semaine du mois de septembre avec plusieurs perturbations menaçant le Sud-est des États-Unis, le golfe du Mexique ou encore l’Est ou le Nord-est des Antilles. Impossible de prédire le lieu exact, mais en général cette configuration est moins dangereuse pour notre pays. Toutefois, les périodes de retour sur un pays voisin comme la RD (qui n’a pas été touché depuis 1998 par un cyclone majeur ou encore la quantité anormalement basse de frappes sur notre pays) ne me rassure pas du tout, loin de là ».

Tout n’a pas été exact toutefois, nous avons, dans l’ensemble assez bien prévu cet épisode actif sur notre bassin. En effet, entre le 1er et le 13 septembre l’Atlantique a généré le 2e plus grand nombre de perturbations tropicales nommé (vent > 63 km/h) seule 1964 a fait mieux.

                                                                ACE

Le bassin Atlantique étant au-dessus de la moyenne en terme d’énergie cyclonique accumulée

L’ACE sur notre bassin est au-dessus de la moyenne grâce à un actif début de septembre

                   La trajectoire des perturbations depuis Alberto

L’énergie cyclonique accumulée (ACE) de septembre 1-13, 2018 était de 58, à titre de comparaison, l’ACE entre le 1-13 septembre 2017, (la saison des records), était de 97 alors qu’entre les 1-13 septembre de 2013 à 2016 combinées n’était que de 27! Rappelons que l’ACE moyen pour cette période est de 24. Le mois de septembre a donné naissance à Florence qui est le cyclone à la 2e plus grande longévité sur l’hémisphère Nord; pas mal pour une saison que l’on annonçait peu active ou en dessous des moyennes pour toute raison évoquée ici.

Cette période active va-t-elle se poursuivre? Assistera-t-on a une fin précoce de la saison avec cette nouvelle baisse des températures de surface sur l’Atlantique Est?

Je répondrai sans hésiter par la négative, non la saison n’est pas finie, loin de là au contraire, et cela pour plusieurs raisons. Pour le moment, il n’y a pas ou plus de cyclones tropicaux sur notre bassin. Tout ce qui existe est Post-Tropical et une période d’assèchement, (donc des conditions défavorables), qui fait son retour sur la région.

La perturbation constituée par les restes d’Isaac ne devrait pas survivre longtemps à la convergence qui s’installe sur notre zone (teintes Jaune et brune sur les caraïbes et le golfe du Mexique).

  SAL

Toutefois, d’ici la fin du mois et surtout les trois premières semaines d’octobre risquent d’être de nouveau assez active avec d’excellentes conditions en altitude et le retour de Madden Julian sur la région. Le GFS, l’EURO et le JMA sont unanimes sur ce point et avec les températures océaniques très au-dessus de la normale sur l’Ouest du bassin pourraient faire mal.

             Du 22 au 29 septembre

                            Du 30 sep – 12 octobre

Observez la similitude frappante avec le JMA du 22 août écoulé annonçant la période active qui s’achève (actuelle au haut et 22 août au bas).

Le GFS est à bord (couleurs vertes)

L’EURO également

Bien sûr, en cette période de l’année, l’Atlantique devient de moins en moins favorable (fin de la mousson africaine, refroidissement des SSTs), mais il y aura toujours le risque d’assister à une perturbation se développant à des latitudes basses et se renforçant à l’Est des Antilles (Matthew, Flora, etc.). mais les probabilités seront beaucoup plus élevées sur l’Ouest de la mer des Antilles et le golfe du Mexique) où l’océan est très chaud avec beaucoup de carburant (OHC élevé).

( Ocean Heat Content ) OHC

                                                   SSTs

Régions à risques

La saison n’est donc pas finie et la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre sont la période la plus dangereuse pour notre pays d’un point de vue historique.

Fingers cross and hope for the best.

Ci-dessous nos tempêtes d’octobre.

Les cyclones d’octobre et pas des moindres: Hazel, Flora, Matthew et Kathy. Notez qu’à part Flora tous ont pris naissance à l’Ouest de 50 W.

_____________________________________________________________________

Rudolph Homère Victor

Météorologiste

AMS

Mr météo.info tous droits réservés septembre 2018