El Niño est présent et se renforce

Les conditions pour El Niño sont présentes

Après plusieurs mois de flirt, l’océan tropical et l’atmosphère du Pacifique tropical semblent s’être couplés juste à temps pour la Saint-Valentin et répondent maintenant aux critères applicables aux conditions El Niño. Est-ce l’amour vrai? Le temps nous le dira, mais il se pourrait fort que les conditions d’El Niño persistent bien au-delà du printemps.

Depuis quelques mois, le Pacifique tropical répond aux deux premiers critères de l’arbre décisionnel «Est-ce El Niño?».

Autrement dit, la température de surface de la mer (SST) dans la région de Niño 3.4 de l’océan Pacifique tropical a été supérieure de plus de 0,5 °C à la moyenne à long terme, et les modèles prédisaient que cela resterait ainsi pendant plusieurs saisons.

Température mensuelle de la surface de la mer dans la région Niño 3.4 du Pacifique tropical pour 2018 (ligne violette) et pour toutes les autres années El Niño depuis 1950. Graphique Climate.gov basé sur les données de température ERSSTv5.

La nouveauté du mois dernier est que nous observons des signes de changements dans l’atmosphère liés à El Niño, avec une augmentation des nuages ​​et de la pluie sur le Pacifique central, ce qui indique une circulation de Walker plus faible. Une mesure de la force de la circulation de Walker, l’indice d’Oscillation Australe Equatoriale, était de -0,6 en janvier, ce qui indique une augmentation des mouvements ascensionnels sur le Pacifique oriental et une valeur inférieure à la moyenne dans le Pacifique occidental. Ces changements sont une preuve suffisante que l’atmosphère réagit au réchauffement de l’océan, ce qui nous amène à conclure que nous avons les conditions El Niño !

La circulation de Walker – la circulation atmosphérique sur l’ensemble de l’océan Pacifique tropical – est généralement entraînée par une montée d’air intense au-dessus des eaux très chaudes de l’extrême ouest du Pacifique et de l’Indonésie. Cet air monte dans la haute atmosphère, se propage vers l’est, redescend au-dessus du Pacifique oriental et retourne vers l’ouest près de la surface, formant ainsi les alizés.

Lorsque les eaux de surface plus chaudes que la moyenne d’El Niño se développe dans le centre-est du Pacifique, la circulation de Walker s’affaiblit. La chaleur supplémentaire à la surface de l’océan réchauffe l’air au-dessus de celui-ci, entraînant plus de mouvements ascendants, et donc plus de nuages ​​et de précipitations que la moyenne dans le Pacifique tropical central-est. L’ajout d’une source d’air ascendante sur le centre-est du Pacifique et la réduction de l’air ascendant sur l’extrême ouest du Pacifique entraîne un bouleversement des vents stables en altitude et près de la surface. Ces vents près de la surface, plus faibles que la moyenne, aident à maintenir la surface plus chaude (moins d’évaporation, moins de remontée d’eau froide), dans un processus de rétroaction essentiel au système couplé d’El Niño.

Le réchauffement de la surface dans la région de Niño 3.4, qui etait seulement de quelques dizaines de degré au-dessus 0.5 C, est actuellement de 1.1 °C plus chaud que la moyenne après une baisse notable en hiver. La plupart des modèles climatiques prévoient que l’anomalie de température de surface (la différence par rapport à la moyenne à long terme) augmentera légèrement dans un proche avenir et restera au-dessus du seuil d’El Niño jusqu’au printemps.

Prévisions du modèle climatique pour l’indice Niño 3.4. Données de modèle dynamique (ligne violette) tirées de l’ensemble multimodèle nord-américain (NMME): la teinte violette plus foncée indique l’intervalle de 68% de toutes les prévisions du modèle; un violet plus clair indique la plage de 95% de toutes les prévisions du modèle. Données de modèle statistique (ligne en pointillé) tirées des prévisions consolidées de la SST de la SCP. Image NOAA Climate.gov à partir de données CPC.


Ce qui renforce notre confiance que le réchauffement à court terme des SSTs, puis sa persistance pendant les prochains mois est la présence d’eau plus chaude que la moyenne sous la surface du Pacifique (warm pool). Cette goutte chaude, une onde de Kelvin, s’enfonce dans les profondeurs, se déplacera vers l’est au cours des prochaines semaines, surfacera progressivement et fournira une source de réchauffement pour la surface.

Écart par rapport à la moyenne de la température de la mer tropicale superficielle et profonde en moyenne sur cinq jours à compter du début juin 2018. L’axe vertical représente la profondeur sous la surface (mètres) et l’axe horizontal la longitude, du Pacifique tropical occidental à oriental. Cette coupe est juste le long de l’équateur. Chiffre Climate.gov à partir des données du CPC

.

Cette relation est-elle construite pour durer?

L’avenir nous le dira, mais les prévisionnistes de la NOAA et de l’OMM s’accordent sur l’arrivée d’un faible El Niño pour ce printemps. Toujours d’après ces prévisionnistes, passée cette période, les chances de maintien du phénomène El Niño chutent en dessous de 50%. Il est difficile de faire des prévisions précises pour l’été ou la fin de l’année, en grande partie à cause de la «barrière de prévisibilité du printemps», un obstacle notoirement délicat pour les modèles informatiques. Le printemps est une période de l’année au cours de laquelle ENSO (El Niño / Oscillation Australe, tout le système El Niño et La Niña) est en pleine transition, ce qui rend particulièrement difficile la prévision sur le long terme.

Toutefois, nous avons des raisons de croire que cet évènement pourrait persister pendant l’été et même une partie de l’automne, en raison des conditions générales et des simulations de modèles comme L’EURO ou le CFS et de la faible activité solaire. De plus, il est fort probable qu’il ne soit pas de type classique mais plutôt centré sur l’ouest du pacifique donc du type Modoki.

En rouge, une poussée de vent d’ouest est prévue au cours des prochains jours, ce qui devrait renforcer El Niño
En jaune, des hautes pressions sur l’Australie et en bleu les basses pressions sur le centre du pacifique devraient favoriser des vents d’Ouest contribuant au renforcement d’El Nino d’ici 11 aux 18 prochains jours.
Ce phénomène pourrait se poursuivre pour les 7 prochaines semaines ce qui permettrait à El Niño de s’auto suffire

Le renforcement d’El Niño en cours, devrait avoir de graves conséquences sur la pluviométrie déjà déficitaire sur l’île, même si elle pourrait également contribuer à une réduction de l’activité cyclonique sur le bassin des caraïbes dépendant de l’évolution d’ENSO. J’irai même plus loin, en considérant les conditions des années similaires, en évoquant certaines craintes sur l’île, risque d’un double événement sur le pacifique comme en 2014-2015-2016. Les sorties successives de L’EURO, du CFSv2 ou encore du BOM sont de moins en moins humide pour les prochains mois avec des températures océaniques plus faibles de la normale sur l’Atlantique tropicale, tout cela n’est pas de bonne augure.

Le modèle des services de météorologie australien maintient El Niño pour l’Été.
L’EURO également
Des températures océaniques plus fraiches que la normale sur l’Atlantique se traduisent par une instabilité faible et donc moins de pluie sur notre pays
En attendant la nouvelle sortie de l’EURO en mars, la tendance est à l’asséchement à chaque nouvelle émission de ce modèle.

Si les prévisions de l’EURO se matérialisent, les faibles pluies sur l’Ouest du Sahel contribueront à une augmentation des poussières africaines, ce qui affaiblira les ondes tropicales et abaissera encore plus les températures océaniques.

On se préoccupe peu de ce genre de chose dans notre pays, mais un El Niño du type Modoki protège beaucoup moins notre pays que le type classique (les saisons cycloniques 1958, 1963, 1987,2004 en sont la preuve) mais accroît généralement les conditions de sécheresse sur Haïti particulièrement sur le sud, l’Ouest et le nord et le Nord-est ou sévît déjà une grave sécheresse. Quand au double Niño, (même si nous ne sommes pas encore là) ils produisent souvent des conditions favorables aux passages de cyclones sur l’île lors de leur dissipation (1956-58, 1986-87, 2014-2016). La bonne nouvelle est que les pluies du printemps ne sont pas loin, alors faites bon usage des précieuses gouttes qui tomberont comme une manne sur notre sol desséché et préparez-vous à une fin de printemps probablement plus sec que la moyenne, un été chaud et sec avec de nombreux épisodes de brume du Sahara.

NB: Vous aurez nos prévisions préliminaires pour la saison cyclonique d’ici le 12 mars

Rudolph Homère Victor

Météorologiste

AMS

Mr météo.info tous droits réservés mars 2019

Un front froid actif touchera Haïti au début de la semaine prochaine.

La masse d’air arctique qui devrait affecter les États-Unis aura également des effets sur notre pays.

En effet, ce front froid originaire de l’Arctique qui sépare l’air des régions de l’Arctique de celui des régions tempérées et tropicales pourrait toucher notre pays entre dimanche soir et lundi.

Les vents du nord-est associés à l’anticyclone sur le sud-ouest de l’Atlantique advecteront de l’air assez frais vers les massifs du nord et de la Grande-Anse ce qui produira par effet de Foehn de fortes précipitations sur la région couplée avec celles qui seront par produite par le front.

  Dimanche –  lundi

  Ces précipitations s’intensifieront mardi et mercredi.

Un intense Nordé est également attendu sur le Nord, le Nord-ouest, la Grande-Anse et les Nippes.

 

On devrait également assister a une chute des températures (2 à 16) principalement sur les massifs montagneux de notre pays (massif du Nord surtout).

 

Les vents seront de retour sur le territoire principalement sur le Sud et l’Ouest mercredi et jeudi lorsque l’anticyclone se positionnera à l’est des Bermudes.

En Hauteur, attendez-vous à des pointes de plus de 50 km/h par endroits. Nous vous informerons sur les risques d’inondations demain.

 

___________________________________________________________________

Rudolph Homère Victor

Météorologiste

AMS

Mr météo.info tous droits réservés janvier 2019